Est-ce que vos bibelots valent vraiment quelque chose ?

Suite au décès d’un de vos parents, vous pénétrez à nouveau dans son logement, apercevant ce tableau accroché dans la salle à manger. Lorsque vous regardez dans les tiroirs, vous pouvez par exemple trouver des couverts argentés si chers à votre aïeul. Le grenier peut même regorger de trésors avec lesquels vous aimiez jouer lorsque vous étiez enfant. Maintenant, il va falloir déterminer la valeur de tous ces bibelots, afin de déterminer si vous pouvez les vendre ou non et aussi, à quel prix. Avant de faire appel à un professionnel en Suisse, faites par vous même les premières vérifications en suivant ces quelques conseils.

 

L’état de vos bibelots

 

La première chose à faire consiste à vérifier l’état global de vos bibelots. Certains ne sont absolument pas réparables et perdent donc toute valeur : c’est le cas par exemple des verres fêlés ou abîmés. En ce qui concerne les tableaux ou les sculptures, vous pouvez par contre les confier à un restaurateur professionnel. Regardez également si le service en argenterie ne manque pas de couvert, qu’aucun vinyle n’est absent de sa pochette d’origine, qu’aucune tasse du service à thé n’a disparu… Sous peine de voir ces différents effets perdent de la valeur…

 

Objet rare ou non ?

 

Une multitude d’objets sont régulièrement oubliés dans des greniers et resurgissent comme par magie à l’occasion d’un débarras de maison. Pour tous, il est primordial de le regarder désormais sous un nouvel angle et de se demander ce qui fait de lui qu’il est unique. Le plus efficace reste l’analyse à la loupe : si sur ce vase en céramique vous distinguez des traits de pinceau, c’est que ce dernier a été fabriqué puis ensuite peint à la main, c’est donc une pièce unique. Dans le cas contraire, ce bibelot a sûrement été réalisé en série, avec un motif imprimé, il perd donc automatiquement de la valeur.

 

Quelle est leur ancienneté ?

 

Si l’ancienneté d’un bibelot joue un rôle extrêmement important, ce n’est en aucun cas un facteur déterminant dans la fixation du prix. Si, de nos jours, les décorations et le mobilier du XXe siècle, de l’Art Déco ainsi que des années 70 sont en vogue, ce n’est absolument pas le cas des meubles datant du Moyen Âge ou bien aussi de l’Antiquité.

Il est également important de savoir qu’un objet d’époque et un objet de style n’ont pas la même valeur.

 

L’origine des objets

 

Déterminez d’où proviennent ces bibelots. Aussi, essayez de vous rappeler les anecdotes de votre aïeul.

 

La signature

Il est désormais  temps de passer tous ces bibelots à la loupe afin de déceler une éventuelle trace de signature, car si l’on en trouve une, c’est très bon signe ! Elle peut être présente sous diverses formes selon les objets.

Une fois la signature identifiée, vous avez la possibilité de vérifier son existence dans des annuaires en ligne.

 

La valeur des matériaux utilisés

 

Au fil de l’histoire, chaque matériau a connu un jour son dérivé et il est parfois difficile de les différencier. Heureusement, il existe quelques astuces afin d’éviter de se tromper :

  • Or ou plaqué or ? Argent ou bien métal argenté ? Les deux dérivés ont des poinçons carrés.
  • Bronze ou bien régule ? La petite statuette trouvée au fond du grenier semble être fabriquée dans cette matière ? Grattez un morceau de la surface à un endroit non visible : si elle apparaît jaune, c’est bel et bien du bronze. Si le bibelot révèle une couleur blanche grise, c’est qu’il s’agit de régule.
  • Peinture originale ou bien reproduction ? La lumière doit révéler le relief des pigments. Sinon il s’agit d’une vulgaire copie.
  • Verre ou bien cristal ? Le son du cristal est reconnaissable lorsqu’on le tapote.

 

Contactez-nous !